À propos des soins de support

Un livre à lire... Un film à voir...
mercredi 11 mai 2011
par  Daniel MACAUX

Les interactions entre le corps et l’esprit sont connues depuis longtemps et de nombreuses civilisations les ont exprimées dans des philosophies, des médecines, des œuvres artistiques diverses… Depuis une cinquantaine d’années des études scientifiques se multiplient pour vérifier et et prolonger des aspects de ces interactions. Ainsi les études du stress dans le cadre de la psychoneuroimmunologie, celles du cerveau avec ses zones activées en lien avec une émotion éprouvée ou imaginée, ou bien encore avec ses ondes émises pendant le sommeil ou une activité, ou une méditation. De plus en plus les soins prodigués à une personne malade prennent en compte ces interactions. Ainsi à la suite des initiatives de Cicely Saunders en Angleterre dans les années 1960 la prise en charge attentive en soins palliatifs des différentes souffrances d’une personne.

Des démarches personnelles, des intériorisations, des initiatives créatrices qui rejoignent les objectifs des soins de support...

L’efficacité du traitement lui-même prescrit à une personne pour une maladie dépend aussi de ces interactions. La façon dont une personne attend un traitement, en comprend ou en imagine le mécanisme joue un rôle significatif. Quand elle est problématique, cette perception d’un traitement lourd à venir n’est pas si facile à modifier dans l’émotion et l’urgence de sa mise en œuvre. Au centre François Baclesse, comme dans d’autres centres de traitement du cancer, des disciplines comme la psychologie, l’acupuncture, l’homéopathie, l’auriculothérapie ou la méditation proposent dans le cadre interdisciplinaire des soins de support une aide qui peut être conséquente pour accueillir le traitement prescrit, en atténuer les réactions secondaires ou en accentuer le rôle décisif.

Un dernier livre de Guy Corneau et un film de Matthieu Chatellier apportent cette année des témoignages dans cette perspective. Guy Corneau et Matthieu Chatellier, pour arriver à appréhender et maîtriser leur traitement, ont des démarches personnelles, des intériorisations, des initiatives créatrices qui rejoignent les objectifs des soins de support.


Guy Corneau est un psychanalyste jungien et psychothérapeute canadien. Sa pratique rebondit dans des livres, des ateliers et des conférences qui ont une belle audience. Dans ses livres précédents il s’interrogeait déjà sur le sens et les prolongements de la maladie en proposant différentes pistes et en évoquant son vécu personnel. Dans son dernier livre « Revivre » qui vient de paraître, il rend compte du cancer qui l’a frappé en 2007, l’entraînant à relancer sa propre démarche. Il précise comment il s’est efforcé de soutenir et de prolonger ses chimiothérapies en mobilisant différents moyens : aides psychologiques, aliments complémentaires, aides homéopathiques, respirations conscientes, méditations, exercices quotidiens d’accueil et de soutien du traitement. Ces exercices mettent en jeu des visualisations qui illustrent le sens bénéfique des chimios à venir ou des visualisations qui réactivent des situations vécues ou imaginées de bien être ou de contemplation pour renforcer la cohésion et la disponibilité de l’organisme. Plus la personne investit son imagination et ses propres références dans ces visualisations et moins il risque de subir son traitement et ses effets secondaires qui semblent nettement diminuer.

Guy Corneau précise les visualisations qu’il a lui-même utilisées mais elles sont à adapter car c’est à chacun de trouver les plus évocatrices pour lui. Dans tous les moyens utilisés, les attentions à soi se prolongent dans des attentions aux autres et au monde qui nous entoure. Cet aspect était manifeste chez Guy Corneau lors de sa présentation de son livre au centre des congrès de Caen, le 7 avril dernier.


«  Doux amer » qui commence à se voir sur les écrans est le troisième documentaire en long métrage de Matthieu Chatellier. Assisté de Daniela de Felice sa compagne, il rend compte de l’irruption chez lui d’un grave diabète alors qu’il a juste 33 ans. Comme chez Guy Corneau, les moments difficiles de la maladie sont lucidement présents mais non dans une rédaction suivie et argumentée que nous lisons à notre rythme, l’imaginant aussi à partir de nos connaissances et notre vécu.

Ici l’irruption de la maladie est à suivre avec des mots que nous entendons et des images qui nous sont proposées pendant le temps limité du film. Ces mots et ces images choisies avec talent et sobriété nous entraînent à partager cette expérience de vie. Interviennent parfois des suites de mots scandées comme pour communiquer les émotions qu’elles déclenchent et la réalité à intérioriser dans les moments difficiles : l’annonce de la maladie, sa confirmation, le traitement à vie nécessaire quatre fois par jour avec tout son rituel, la découverte et l’extraction d’une tumeur proche du cœur, tumeur à l’origine de l’arrêt de la production d’insuline par le pancréas. Des images introduisent ou prolongent avec délicatesse l’évocation de ces moments-là. Images au début de ce film d’un corps blessé suivi avec douceur par la caméra. Images d’un cheminement dans des ex-voto comme autant d’espoirs à la lumière de bougies. Images avec un humour en partie retrouvé et libérateur de ces dessins de rêves comme celui de ce pancréas défectueux, épinglé comme tel dans une vitrine. De même, images de cheveux blancs retirés comme partent des inquiétudes. Après l’opération, les filles de Matthieu retirent la neige accumulée sur des branches d’olivier qui menaçaient de se casser. Leurs éclats de rire avec leur père fêtent la vie familiale qui continue. L’errance est à nouveau possible : «  Mon auberge était à la grande ourse », le poème de Rimbaud termine magnifiquement ce film. Les fortes émotions qui accompagnent la maladie sont évoquées avec une authenticité et une inventivité qui aident à les maîtriser.

C’est un film qui nous donne de la confiance. Il nous fait du bien comme il a du faire du bien à Matthieu Chatellier : même atteint par une maladie grave notre organisme a des ressources étonnantes qui peuvent l’aider à se rétablir. Avec justesse et talent Matthieu Chatellier rejoint dans la réalisation de son film l’objectif des visualisations et des méditations mises en œuvre quotidiennement par Guy Corneau pour soutenir son traitement.


Agenda

<<

2017

 

<<

Juillet

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
262728293012
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31123456
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

3 avril 2014 - Des récits de vie, à la recherche de l’authenticité…

Daniel nous propose de prendre connaissance avec une expérience lancée il y a peu par un (...)